18/02/2010

Nostalgie douce amère

Hier une bouffée de nostalgie m'a pris à la gorge, j'écoutais France Inter et ils passaient le morceau "Wild world" de Cat Stevens (avant sa conversion musulmane). Ce titre m'a immédiatemment emmené en arrière lors de ma prime adolescence car c'était un morceau qui passait souvent dans les Boums organisées dans mon quartier. J'avais parfois la chance d'y etre invité surtout grâce à mon ami Sabino Casafina qui était (sans doute l'est il encore) un excellent danseur.

Nous allions de soirées en soirées et je me retrouvais systématiquement dans la triste position d'observateur car les filles n'étaient pas particulièrement attirées par moi ,surtout bien entendu au moment pathétique de la série des slow ou les filles couraient se réfugier près des buffets pour éviter de se retrouver invités a danser par d'autres que les jolis Don Juan amateurs autour desques elles papillonnaient. Alors il ne me restait plus qu'a attendre et attendre encore et encore en écoutant malgré tout ces superbes morceaux quiresteront gravés jusqu'a ce jour.

Ceux qui me reviennent immédiatement: If you leave me know de Chicago, Wild world de Cat Stevens ou encore Samba pa ti de Santana. Oui l'adolescence peut etre vécu de manière cruelle mais heureusemen il m'en reste la musique !

 


 

30/09/2009

25 ans après

DSCF4346-pola.jpgChouette week-end que cette fin septembre ou nous nous sommes rendu en Vendée pour les 50ans de mon ami de jeunesse Pierre Léoni.  A l'époque nous étions installé à Alfortville petite ville tranquille de la banlieue sud de Paris (le 94). J'ai fait classes commune avec Pierre depuis la 4ème jusqu'a notre Bac Biologie au Lycée d'Arsonval. En parallèle j'ai commencé à monter un groupe avec son frère Frank à la guitare solo en 1979-1980 ainsi que mon voisin du dessous Michel Florin à la Basse. On s'etait adjoint un bon batteur Phillippe Rabouin qui nous a permis de créer notre premier groupe PREFACE. Après quelques mois et premières parties de concert,  la formation a évolué avec le départ de Michel et l'arrivée des deux frères respectifs Pascal Florin qui a repris avec brio la place de son frangin et Pierre qui nous a rejoint à l'harmonica. Sur la photo on retrouve les membres originaux du groupe 25 ans plus tard. De la gauche vers la droite Moi même, Pierre, Framk et Pascal (seul manquait à l'appel Philippe)

 

Notre répertoire de l'époque se composait de reprises blues (Muddy Waters, Sonny Boy Williamson) et de compos écrits en francais par votre serviteur. Le groupe installé au sein du Foyer Jean Macé et avec le soutien de l'équipe d'animation a petit à petit pris de l'assurance et commencé a tourner dasn le circuit des MJC locales puis de la grande région parisienne. Les tremplins musicaux étaient légion à l'époque et on a participé a de nobreuses soirées ou les groupes de tout styles se trouvaient mélangés une belle école en quelque sorte.

La formation s'est vu complétée par l'arrivée de deux jeunes techniciens son et lumière Gilles Rigaud et Philippe Delzescaux. On a acheté un vieux J7 et on s'est mis à écumer les concerts un peu partout. On a fait une belle soirée au Foyer ou nous avions joué en avant première de la diffusion du film The Blues Brothers qui avait fait sensation à cette époque (en 83 il y avait peu de films musicaux).

 

Je vous mets Baby I want to be your dog tonight un morceau de notre démo enregistrée en 1983 je crois, au studio de Bob Mathieu (prof de batterie de Philippe) on y avait couché sur bande magnétique trois titres avec beaucoup de conviction et d'envie. Pour les avoir réécouté récemment (j'ai fait des copies pour chaque musicien de l'époque) je trouve que ca n'a pas trop mal vieilli et vous qu'est ce que vous en pensez ?


podcast

28/11/2007

Souvenirs d'adolescence

04c97b2fc7d741ada81af16e02d40dd9.jpg
 
 
 
 
 
Enfant j'ai eu la chance de partir tous les ans en vacances au bord de la mer. Mes parents faisaient du travail à la maison pour se payer leurs congés, notamment en remplissant des feuilles d'impôts (fastidieux très fastidieux) le soir après le travail. Bref jusqu'a mes 10 ans je crois on partaient en Normandie dans le Calvados sur une petite plage familiale à Villerville.
 
 
Ensuite mes parents ont décidé de changer de destination et nous sommes allés en Bretagne et particulièrement à Binic dans les Côtes d'Armor. C'est là que nous avons passé 47fd951fd456321da31221a4726130a3.jpgplusieurs vacances et elles sont restées gravées dans ma mémoire (sans oublier un chagrin d'amour). Cette partie de la Bretagne est vraiment magnifique avec entre autre le Gouffre de Plougrescant et ses falaises de granit rose. La photo de ce gouffre  est tiré de l'excellent site l'Antre de Caerwent consacré à la Bretagne.
 
En répondant sur une note du Blog de mon amie Laouen, me sont revenu en mémoire certaines anecdotes de ces vacances
 
 
Notamment ma rencontre avec la musique celtique d'Alan Stivell et son 33 Tours (oui je sais les plus jeunes d'entre vous vont sourire) Chemins de Terre. C'est grâce à des voisins bretons qui m'avaient invités chez eux pour une soirée crêpes que j'ai découvert cet artiste. Excellent chanteur et jouant entre autre de la harpe celtique, il s'est fait le défenseur et porte parole de la langue Bretonne et de la culture celte. A l'époque je suis tombé amoureux de cette langue et je reprennais à tue tête une des chansons de ce 33T: Brezhoneg' Raok. Malheureusement je n'ai pas trouvé de vidéo de ce titre, mais  je vous propose  le titre Tri Martolod Live qui illuster bien la beauté de cette langue et de la musique d'alan Stivell
 

15/09/2005

Jeanine

Adolescent quel cap difficile entre les boutons et les premieres amours que de durs moments pour moi. J'etais arrivé dans cette ville de banlieue (Alfortville) en provenance de la capitale et tout etait différent. Vivre dans un grand ensemble, avoir sa chambre, ne pas avoir a allumer la lumière à 16h en hiver, avoir des toilettes ailleurs que sur le palier etc...

Et puis il y avait le collège Langevin et cette rentrée en 4eme avec la dureté d'avoir a se faire de nouveaux amis. C'est d'ailleurs a cette période que j'ai fait la connaissance de Pierre Léoni qui deviendra un ami et avec qui je créerais "Préface" mon premier groupe de musique.
 
Mais surtout cette année là il y eu Jeanine Peretti, elle a illuminé cette année de 4ème et provoqué mes premiers émois amoureux. J'en etais raide dingue, dès que je l'apercevais mon coeur se mettait en branle comme si il voulait quitter ma poitrine pour la rejoindre. J'aurais voulu etre le plus brillant ou le plus sportif pour lui plaire :o(
 
J'en suis même venu a me battre avec Pierre pour elle, ses cheveux bruns, son sourire, tout m'attirait chez elle. Je suis resté deux années dans la même classe qu'elle mais jamais je n'ai osé lui avouer a quel point elle me mettait en émoi. Je me serais même balancé à la Seine pour elle, j'ai bien failli le faire d'ailleurs. Je passais de longues heures au bord de la Seine a ruminer et a rêver a un hypothétique rendez-vous avec elle.
 
Mon coeur ne s'en est jamais vraiment remis, il m'arrive souvent de penser que ma vie en aurait été changée si j'avais eu le bonheur, de partager un moment de vie avec elle. Le passé est cruel il revient vous hanter et même les souvenirs bien enfouis ressurgissent et vous consume ! La vie continue mais....