22/10/2012

NOLA improvisations par Pierre Durand

Il est des hasard qui font bien les choses, lors du renouvellement de mon abonnement à Blogspirit j'ai failli laisser tomber et fermer définitivement ce blog. Plus trop de commentaires et visites en berne. Finalement je me suis dit que au moins par respect pour tous les artistes chroniqués et présentés ici je me devais de continuer. Bien m'en a pris, au détour d'un commentaire sur mon récit du voyage en Louisiane, on me propose de découvrir un artiste.

jazz,improvisation,pierre,durand,nola,nouvelle orléans,new orleans,résonateur,acoustique,lily,cd

Et voilà que moins d'une semaine plus tard je recois le superbe digipack de Pierre Durand NOLA Improvisations produit par les Disques de Lily. Après l'écoute préalable de 3 titres je sais déjà que ce disque va sûrement occuper ma platine pour un bon moment.

Tout ce qui vient de la Nouvelle Orléans m'attire comme le papillon de nuit vers la lumière, nous voici en présence d'un enregistrement dépouillé "Bare to the Bone" comme disent les américains. Une guitare inspirée qui immédiatement évoque des images et raconte une histoire. Pierre Durand jazzman formé en région parisienne a intégré à plusieurs reprises l'ONJ.

 

Musicien ancré dans le blues mais attiré par les musiques du Monde, il intègre l'American Modern School of Music attiré par l'apprentissage de la musique indienne ou il a la chance de cotoyer lors de master class  John Scofield ou John Abercombrie. Il obtient plusieurs récompenses au Concours National de Jazz de la Défense pour ses différentes formations. Il évolue actuellement avec son groupe "Roots Quartet"

Après cette courte introduction passons au disque et son univers musical. 8 titres enregistré dans le studio Piety Street celui là même ou John Scofield ( il n'y a pas de hasard) a enregistré son excellent album gospel avec notamment Jon Cleary. Aux manettes Mark Bingham qui a sût respecter l'approche de Pierre en apportant juste la clarté et la définition pour mettre en lumière la musique et les climats de cet album. A travers cet enregistrement on prend conscience de la large palette d'influences qui habite Pierre de John Scofield justement à travers un hommage habité et brillant "Who the Damn is John Scofield à ZZ Top avec une réinterprétation dépouillée de "Jesus left Chicago" qui semble être passée par la case John Campbell et son voodoo blues. 

 

jazz,improvisation,pierre,durand,nola,nouvelle orléans,new orleans,résonateur,acoustique,lily,cd

Photographie copyright: Jean-Marc Adams

Pierre utilise à merveille sa palette d'instruments: guitares à résonateur, guitares acoustiques ou électriques pour déployer ses climats. Certains passages me rapelle Freddy Koella (dans son album Minimal) ou Sylvain Luc (notamment dans "In man we trust"). La combinaison du folk, du jazz et de la musique indienne ("Coltrane") propose un mélange novateur et puissament évocateur. Les tensions et harmonies complexes raviront les passionés de Jazz (comme dans "MB les Amants" ou "Coltrane"). PLus suprenant encore un titre merveilleux avec de superbes vocalistes invités comme John Boute (énorme chanteur de la Nouvelle Orléans (voir la musique de la série Treme), on est presque dans la musique médiévale (comme certains titres de CSN) mais avec des harmonies modernes.

Je ne saurais trop vous recommander de découvrir vite cet artiste original et attachant et de vous procurer cet excellent disque car les petites structures de production intelligentes et passionées comme les Disques de Lily le mérite bien également.

En écoute je vous propose un titre de cet opus, Emigré qui représente bien l'éclectisme et l'approche organique de Pierre ou les percussions se mêlent à la mélodie et aux harmonies.



Un lien vers l'excellent titre "Who's the damn is John Scofield"


24/05/2011

Louisiana Trip: Deuxième jour

Samedi 23 avril, lever à 8h (heure locale) 10mn avant l'heure programmé au réveil, on a plutôt bien dormi donc on se cale sur la bonne heure !

Petit déjeuner à l'hôtel avec pancakes avec sirop d'érable et salade de fruits, jus d'orange frais et force café, on se régale et même si le service pédale un peu dans la choucroute ;o)

Départ à 10h15 pour découvrir la Nouvelle Orléans, on se dirige directement à travers le Quartier FRançais vers les rives du Mississipi. Le Quartier Français est en fait un rectangle délimité d'un côté par Canal Street et de l'autre Esplanade, vers le haut Rampart Street et aux abords du Mississipi Decatur Street ou se trouve notamment le French Market.

 

quartier français,nouvelle orléans,USA

Depuis l'hôtel on emprunte Iberville Street, une des nombreuses rues peuplées d'antiquaires et de marchands d'art.  Au passage on admire les superbes maisons typiques avec leur balcon de fer forgé et leur verdure luxuriante (il fait chaud et humide idéal pour les plantes vertes).

maison,french,quarte,nouvelle,orléans,végétation

On arrive ensuite sur Decatur Street puis on se rend sur la promenade toute proche du Quai du Mississipi. Le fleuve est très large et boueux, on y voit beaucoup de très très grosses barges et des tankers impressionants.

mississipi,fleuve,nouvelle,orléans

On y voit également le port d'attache du célèbre Natchez, bateau à roues à aube qui fonctionne à la vapeur comme aux grandes heures des états du Sud des USA. On peut y faire des petites croisières sur le fleuve et même un dîner en musique avec des musiciens de jazz dixieland, parfait pour se relaxer mais tout de même un peu onéreux !

mississipi,fleuve,nouvelle,orléans,Natchez

De là et après une agréable promenade le long des quais, on se rend à Jackson Square tout proche de là, centre touristique du Quartier français. Ce square est situé sur le devant de la Cathédrale construite sur les fondations de l'église St Ignace détruite par les flammes, avec de chaque côté deux batîments imposants, le Cabildo et le Presbytère désormais reconverties en musée: le Louisiana State Museum.

 

nouvelle orléans,cathédrale,mississipi,jackson square

Ci-dessous une vue du square avec la statue du Général Jackson, le petit square est agréable et peuplé de quelques bananiers et palmiers atour d'une petite fontaine. A l'extérieur on peut trouver une pléiade d'artistes graphistes de tout genre et autres cartomanciens, jongleurs ou musiciens de rue qui se produisent le long des grilles de ce square.

nouvelle orléans,square,mississipi,jackson square

On passera ensuite un moment à se promener dans le French Market tout proche où l'on trouve des boutiques de souvenirs mais également un marché aux épices et autres sauces piquantes ou colifichets de tout genre.

nouvelle orléans,market,french,jackson square

A l'intérieur de ce marché il y a un petit bar à jus de fruits frais avec une chouette terrasse où on pourra déguster un jus d'ananas frais en écoutant un excellent trio qui aligne les standards de Fats Domino, Ray Charles et autres gloires locales Snooks Eaglin etc...

nouvelle orléans,band,french,market,blues,guitar

Après la ballade on se dirige vers le Napoléon House un vieux restaurant côté pour sa déco (tout sur Napoléon) et ses cocktails. On s'arme de patience l'endroit est couru, une fois assis on se commande une Jambalaya plat typiquement local sorte de paëlla avec saucisses et crevettes ainsi qu'un cocktail de crevettes au avocats.

nouvelle orléans,napoléon,house,french, quarter

Au final seul l'avocat aux cevettes est intéressant la Jambalaya est sèche et peu garnie. En dédommagement le serveur nous offrira un sandwich Muffaletta sandwich à base de mortadelle, olives vertes tranchées et huile d'olive, vraiment bon ca rattrape. Par contre le vin un Chardonnay lui est très sympa et bien fruité.

 On continuera ensuite notre balade dans le Quartier Français au hasard des rues en découvrant de bien jolies maisons. Certaines ont leur balcon en fer forgé d'autres sont appellées "Shotgun House" et ont pour particularité de posséder deux entrées bordées (ou non) de chaque côté de marches d'escalier. Un peu comme celle çi qui n'a qu'une entrée. On passera également au centre d'infos touristes situé à Jackson Square ou on retirera un plan de la ville et un journal du Jazz Fest

nouvelle orléans,maisons,quartier,français

 Après être repassé par l'hôtel on se dirigera vers Frenchmen Street, cette rue , situé en dehors du QF au delà d'Esplanade est devenue depuis quelques années un secteur de la ville qui regorge de clubs de musique ainsi que de restos. On découvre une rue très animée qui contraste avec Esplanade grande artère un peu déserte à part le Checkpoint Charlie, Bar laverie dans lequel j'avais participé à une scène ouverte lors de ma venue en 99.

On trouvera finalement un resto libanais sympa que je vous recommande. Chez Mona ne paye pas de mine mais on n'y mange bien et pour un prix raisonnable, au menu: Homos, Taboulé et Falafels arrosé de thé glaçé.

 Après notre repas on se dirigera dans un club le D.B.A (qui s'averera être notre club préféré de la rue), on nous demande une cover de 10$. Au programme ce soir un excellent groupe emmené par Tommy Malone ancien leader des Subdudes groupe très connu à la Nouvelle Orléans. Miracle le club est très sympa avec sa large scène toute proche du public (on est debout), l'éclairage est composé de guirlandes de lumières relativement douce, le son est sans excès de volume et les boissons à prix abordables.

nouvelle orléans,DBA,club,tommy,malone,rock,americana

Le groupe est super soudé et je retrouve avec plaisir l'excellent Carlo Nuccio (batteur notamment de Coco Robicheaux) derrière les fûts ainsi que l'excellent David Torkanowsky au B3 (il a joué avec tellement d'artistes importants trop dur de les citer). Tommy Malone riffe sur sa Telecaster avec brio, il chante bien et possède une très belle présence scènique. Le groupe est complété par un bassiste solide et un guitariste très fin.

nouvelle orléans,DBA,club,tommy,malone,rock,americana

On voit sur la photo suivante à quel point le public peut être proche des musiciens, c'est un vrai bonheur de pouvoir les observer de si près. L'ambiance est là et le public n'hésite pas à danser au son du band.

nouvelle orléans,DBA,club,tommy,malone,rock,americana

Après un set et demi on rentrera tranquillement à pied vers l'hôtel en longeant Decatur Street où on croise beaucoup de gens même après 1 heure du matin. On se sent en sécurité dans le QF donc pas nécessaire de prendre un taxi. Retour à l'hôtel ou une bonne nuit de sommeil nous attend car demain c'est déjà le départ vers la Louisiane et notre première destination Nottoway Plantation

 

29/08/2006

Festival de Cognac (la suite)

Alors je m'etais arrêté en cours de route à la jam session dans les rues de Cognac, voiçi la suite. Nous arrivons au abords du grand parc qui abritent les scènes du festival. La particularité de ce festival c'est qu'il est encore à taille humaine. Je prends contact avec Jérôme Travers alias Docteur Blues, un ami parisien fan de blues tout comme moi qui va couvrir le festival.
medium_docteur_blues.jpg

Les retrouvailles se déroulent à l'entrée du Parc car Jérôme vient juste d'arriver avec sa femme. Notre dernière rencontre date d'un passage éclair à Paris, mais nous restons en contact à travers nos blogs respectifs et surtout par le truchement d'articles ou chroniques que je publie de temps à autre sur son superbe site web.

Le temps de prendre nos places pour le concert du soir et du lendemain, on va se poser à la terrasse d'un café pour mettre à jour les nouvelles de nos familles respectives. Après cette petite pause nous voilà parti pour le concert d'un géant de la musique noire américaine. Il s'agit du guitariste James Blood Ulmer qui se produit à l'Espace Camus (a l'arrière du parc du Festival).

medium_DSCN0394.JPG

 

 
Cet espace concert se déroule sur une petite scène sympathique situé dans une cour agréable de ce producteur de Cognac. James Blood Ulmer a joué avec les jazzmen les plus prestigieux tel Art Blakey ou Ornette Coleman avec lequel il devient le pape de la guitare harmolodique. Cette musique qui se définit "... Quant à la philosophie de l'harmolodie, elle repose sur le principe que c'est la source qui transmute n'importe quelle note pour en faire le sort que l'on souhaite dans n'importe quel concept compositionnel..." Omette Coleman" (voir l'article dans wikipédia)
 
 
Depuis quelques années James a produit des albums blues sous la houlette de Vernon Reid (ex leader du groupe Living Colour). Pour ce concert il se produit en trio avec deux excellent jeunes musiciens qui décoiffent salement. Le bassiste particulièrement est très impressionant de groove et de précision.
medium_DSCN0395.JPG
 
Le répertoire se compose en partie de standards de blues de Willie Dixon, Howlin' Wolf et Muddy Waters. James interprète ses morceaux à sa façon en se réappropriant ces blues avec sa guitare unique et une voix fantastique qui appartient sans problème a la lignée des Blues Shouters.
 
Excellent concert d'une heure pendant laquelle James a vraiment délivré un blues original et envoutant. Il sera également à l'affiche de la grande scène du festival dans une formation étendue avec l'apport notable de Vernon Reid et d'un harmoniciste et un violoniste pour un concert également excellent ! 

18/06/2006

Ca y est c'est arrivé à New Orleans

La guitare est apparemment arrivé hier tard dans la soirée a la destination presque finale ! Reste à eux de trouver le où la bénéfiçiaire de cette guitare !

medium_Image_1.jpg


Vivement qu'elle reprenne vie dans les mains d'un musicien ou d'une musicienne de l'autre côté de l'Océan !

12/06/2006

Et Hop vers la Nouvelle Orléans

Vous vous rappellez probablement tous dde la catastrophe dûe au passage de l'ouragan Katrina sur le sud des USA et notamment sur la Nouvelle-Orléans. Ce désastre m'a particulièrement touché car je suis tellement amoureux de cette ville et de la musique qui en est issue que j'avais beaucoup de mal a rester ici a ne rien faire !
 
Heureusement j'ai pris connaissance de Katrina's piano fund une très chouette association humanitaire qui a eu l'idée magnifique de chercher à pourvoir tous les musiciens de la ville qui ont perdus leur instruments lors de la dévastation de la ville.
 
Le principe est simple établir une solidarité planétaire entre musiciens et demander aux musiciens qui ne se servent plus de leurs instruments de les expédier à la Nouvelle Orléans pour aider les musiciens démunis a retrouver rapidement un instrument pour travailler a nouveau !
 
Alors voilà je m'etais décidé a faire la donation d'une guitare Danélectro presque neuve voilà les photos avant et après en espérant dorénavant que les livreurs d'UPS en prennent le plus grand soin et qu'elle arrive à bon port et en bon état pour trouver son nouveau propriétaire ! 
 
Avant avec moi sur scène
 
medium_Danelectro.jpg
 
 
 Après l'emballage "Spécial Momie"avant le passage du livreur d'UPS
 
 
 
 
medium_Danelectro_momifie.jpg